allegre-680transpng8

LE MOT DU

MAIRE

 Nous sommes en juin 2021 et la vie quotidienne reste impactée par la pandémie.
Néanmoins, les assouplissements annoncés par le gouvernement nous conduisent à penser que nous pourrons profiter de la période estivale avec un maximum de liberté.
Ainsi est-il raisonnable pour la commune et les associations d’envisager un déroulement quasi normal des animations estivales. Elles sont annoncées dans l’agenda de ce bulletin. Deux d’entre elles sont programmées à des dates différentes : la cool et verte le dimanche 27 juin et la course cycliste de Pentecôte le 14 juillet. La fête locale de Pentecôte a été annulée car trop tôt dans le calendrier du déconfinement.
Les associations vont reprendre leurs activités cet été et à l’automne. Sachez, chers bénévoles que la mairie sera présente pour vous soutenir. Courant juin et au plus tard début juillet, il sera sans doute possible de vous réunir pour envisager avec vous le redémarrage des activités et faire le point sur les difficultés inhérentes à la reprise.
L’activité des services municipaux administratifs n’a pas trop été dérangée par les différents confinements. Seules quelques réunions ont été reportées ou se sont déroulées en visioconférence. Ce système a ses avantages (temps de déplacement et empreinte carbone nuls), mais il ne remplace pas les échanges en direct. Dans l’avenir, la pratique de la visioconférence et du webinaire (réunion à suivre à distance sans échanges oraux) perdurera sans doute.
Vous trouverez dans ce bulletin les comptes-rendus restreints des diverses commissions traduisant l’activité des élus en ce premier semestre.
Nous vous souhaitons un bel été qu’on annonce chaud et sec avec une liberté retrouvée, en partie seulement, car les gestes barrières resteront d’actualité

IL Y A EU UN AVANT, IL Y AURA UN APRÈS


Depuis près de deux ans, tout va à vau l’eau, rien ne se déroule « comme avant ». Nous avons le sentiment d’être ballottés sur une embarcation à la dérive dans laquelle s’empilent les crises toutes plus ou moins interdépendantes : sociale et sanitaire, écologique, économique, démocratique et même démographique.
♦ Sociale et sanitaire : La crise sanitaire élargit encore la fracture sociale. Combien de familles ne peuvent pas assurer l’école à la maison ? Qui peut se payer une bi-résidence ville- campagne pour mieux vivre les confinements stricts ? Qui peut se payer un équipement informatique performant pour le télétravail depuis la maison (parents et enfants) ? Qui sera en première ligne pour se retrouver au chômage au moment de la reprise d’activité ?
♦ Ecologique : Tous les feux sont au rouge avec de longues périodes de sècheresse, la fonte accélérée des glaces aux pôles, les glaciers en haute montagne qui se réduisent, les rivières qui s’assèchent, les sources qui tarissent tandis que la déforestation se poursuit comme si de rien n’était, tandis que les besoins en eau ne cessent d’augmenter.
♦ Parallèlement, la pression est mise sur le peuple : il faut acheter une voiture électrique et abandonner la chaudière fioul. En dépit des aides, tous les ménages n’y parviendront pas. Seront-ils alors montrés du doigt et désignés comme les grands pollueurs de la planète alors qu’il faut aller chercher ces derniers parmi ceux qui réalisent depuis longtemps des profits considérables au mépris de l’environnement …et qui continueront de le faire car rien ne les arrête pas même les lois des pays conscients de l’enjeu.
♦ Economique : Beaucoup d’entreprises sont actuellement sous perfusion par le biais du financement du chômage partiel (le quoi qu’il en coûte) par le gouvernement.
Mais très bientôt, les entreprises qui ont été aidées devront à nouveau voler de leurs propres ailes. Et que penser de l’essor du commerce en ligne par rapport à nos commerces de proximité ?
♦ Démocratique :
- Aux élections municipales de mars 2020, pour la première fois, près d’un électeur sur deux n’a pas voté. La pandémie alors naissante n’explique pas tout. Plusieurs dizaines de communes se sont même retrouvées sans candidat.
- Aux élections départementales de ce mois de juin 2021, cinq cantons de Haute-Loire ne présentent qu’un seul binôme, dont le nôtre. A l’échelon national, Il y a deux fois moins de candidats qu’en 2015.
♦ Démographique : pour la première fois depuis 1944, la natalité est en baisse en France en 2020. Là, peut -on sans doute incriminer la pandémie, alors que tout le monde prédisait une surnatalité !
Néanmoins, de nombreux signes positifs se font jour :
♦ La mise en évidence de la place centrale de l’école et des modes de garde des enfants dans l’économie d’un pays.
♦ prise de conscience qu’enseigner, c’est un véritable métier ! Qui s’y frotte s’y pique parfois !
♦ La recherche de nouveaux modes de vie plus équilibrés entre famille et travail.
♦ La nécessité de relocaliser en France notre production industrielle.
♦ La mise au point future d’un vaccin ARN messager curatif contre le cancer grâce à la découverte du vaccin ARN messager contre la COVID. (sources : quotidien aujourd’hui du 4/06/2021)
♦ La prise de conscience de la nécessité de mettre en place au quotidien de nouvelles pratiques dans l’alimentation (circuits courts, petits commerces), dans les modes de déplacements, dans la communication…
♦ Le regain d’intérêt des citadins pour les campagnes. Les agents immobiliers en milieu rural confirment la tendance. Nous l’avons vérifié à Allègre comme ailleurs.
♦ La découverte par nombre de Français que notre pays a des atouts touristiques considérables.

A quelque chose malheur est bon. Le monde d’avant n’était pas la panacée. Il faut aller de l’avant.
L’immobilisme n’est pas source de progrès.
« Il faut mettre un frein à l’immobilisme » avait dit Raymond Barre.
Ce à quoi Jacques Chirac avait répondu : « Les portes de l’avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser. »



G. Meyssonnier - juin 2021