allegre-680transpng8

LE MOT DU MAIRE

 

 L’année 2020 se termine et « Et c’est pas dommage ! », réflexion souvent entendue et très juste qui traduit l’état d’esprit dans lequel la plupart d’entre nous se trouvent. Nous en retirerons peu d’éléments positifs, sauf sans doute le plus important : le comportement très responsable, plutôt serein qui a été le vôtre, le nôtre (je parle localement) pour affronter les multiples désagréments liés à la pandémie : peur de contracter le virus et des conséquences parfois irrémédiables, peur du lendemain (chômage), limitation des libertés, rupture des liens sociaux, fermetures temporaires de certains commerces et entreprises, application stricte de mesures draconiennes à respecter dans les établissements collectifs (MAS, EHPAD, collège, école, crèche…).
Néanmoins, nous avons fait front grâce à l’investissement de vous toutes et tous : personnels de santé, structures d’aide à la personne (ADMR), services publics, membres de notre sécurité (sapeurs pompiers et gendarmes), commerçants et artisans, voisins bienveillants etc….
Mais encore : vous, bénévoles associatifs qui avez très souvent été réduits à l’inactivité après concertation avec la municipalité. Le message que nous pouvons vous délivrer : surtout gardez votre motivation pour des jours meilleurs en 2021. Votre engagement au service de la population est capital et irremplaçable.
Vous, bénévoles à titre individuel, par votre investissement « comme d’habitude », vous avez été d’une aide précieuse. Vous vous reconnaîtrez au carrefour des créations, dans la décoration des vitrines et du bourg pour Noël, dans l’entretien des espaces publics et leur ouverture au public (édifices religieux) etc…
Alors, les élus vous adressent un grand MERCI.
2020, c’est une année avec très peu d’animations, sans repas festifs, sans moments conviviaux.
Aussi c’est par ces quelques lignes que les élus s’adressent à vous pour vous souhaiter une année 2021 joyeuse au cours de laquelle nous retrouverons une dynamique collective encore plus forte qu’avant. Sans oublier une bonne santé pour vous et celles et ceux qui vous sont chers.
Sachez que les élus sont à votre écoute et à votre service en toute occasion et plus spécialement lors des moments très difficiles que nous affrontons ensemble. Encore un peu de patience, le bout du tunnel est proche.

 

LE CHÈNE OU LE ROSEAU


L’année 2020 restera tristement célèbre dans les mémoires, année au cours de laquelle nous avons subi des évènements catastrophiques qui se sont succédé sans répit et sur lesquels nous n’avons eu aucune prise.
La pandémie ne nous a lâchés que le temps d’un été pour mieux rebondir à l’automne avec des conséquences en cascade : plus de décès, chômage à la hausse, précarité grandissante en particulier chez les étudiants, pauvreté qui explose, liens sociaux coupés… Le virus est sournois. Il frappe n’importe qui, n’importe où.
Les attentats terroristes perpétrés au cœur de la République avec une violence inouïe nous ont laissés sans voix. Désormais, nulle part nous sommes à l’abri d’une attaque sauvage et imprévisible.
Les inondations dans le sud est de la France d’une violence sans précédent ont marqué pour longtemps les habitants et les paysages des régions dévastées.
Les crises, conséquence de ces évènements, s’empilent : sociale, économique, sécuritaire, climatique.
Dans un tel contexte, les Français ont fait front du moins apparemment jusqu’à maintenant.
Mais pour combien de temps encore ?
Serons-nous à l’image du chêne qui se fait fort de braver les effets de la tempête…jusqu’au moment où il cède brusquement sans prévenir ?
Ou serons-nous le roseau qui plie mais ne rompt pas et se relève une fois l’ouragan passé comme si de rien n’était ?
Dans le premier cas, fort des enseignements à tirer de ces évènements, on pourrait imaginer qu’au plus haut niveau seront prises des mesures radicales pour un monde meilleur, plus équilibré, plus humain, plus solidaire.
Dans le second cas, tout repartira « comme avant ». Non, pire qu’avant pour les plus fragiles : travailleurs précaires, étudiants devant financer leurs études, chômeurs, tous symboles d’une fracture sociale qui se sera encore agrandie…et que les prochains candidats à l’élection présidentielle s’engageront à réduire, voire à effacer. Ils en feront même une priorité de leur mandat…
A voir !


G.M. 2020-12-10