Index de l'article

LES PISTES FORESTIERES

  • La piste du tour de Bar

Un "tour de Bar" amélioré

Le « tour de Bar » est une promenade appréciée des habitants d'Allègre et de nos visiteurs.

Mais il faut bien reconnaître que, ces dernières années, le chemin qui fait le tour du volcan à sa base, pour charmant qu'il soit, avait eu tendance à se dégrader. La cause en était un manque d'entretien et une fermeture des paysages (plus un seul « coup d'œil » sur le bassin du Puy !) due à un boisement systématique, il ya 40 à 50 ans, d'anciens champs en-dessous du chemin ; également, la moindre éclaircie avait été boisée. Bref, pour faire sa promenade, il fallait avoir de bonnes chaussures... et de bonnes chevilles !

Comme il y avait aussi un problème pour la sortie des bois, un projet conduit par les trois communes dont relève administrativement le mont-Bar, a pris corps consistant à refaire le chemin tout en gardant son caractère de chemin de randonnée.

Le tour de Bar va donc être bientôt restauré, mis à part les secteurs actuellement goudronnés dans le bourg d'Allègre et un très court passage à hauteur du château de Courbière, soit 4451 mètres, se répartissant entre 1486 mètres pour Céaux, 757 pour Monlet et 2206 pour Allègre. Le tracé partira d'Allègre par la rue Adrien Faure, la protection des captages de Fonteline interdisant la circulation des véhicules à moteur au-dessus des tennis ; au droit des Cinq-fontaines, il empruntera le passage supérieur ; il se terminera à Allègre, par la rue du Pré du Mié.

La largeur de la voie sera de 3,50 mètres, contre 4,50 mètre habituellement, largeur que l'on rencontrera, là où ce sera rendu nécessaire par l'emprise des talus ou des fossés. De manière générale, le sol naturel sera respecté, sauf empierrement (en pouzzolane, le basalte étant exclu) localisé dans les parties instables pour permettre le passage des camions grumiers. Un traitement particulier sera assuré à hauteur de la carrière de Courbière, où la forte pente (15%) imposera la création d'un fossé avec pose de rigoles métalliques. Par endroits, des surlargeurs seront aménagées pour permettre le stockage des bois. Les panneaux du Cheminarbre seront déposés et reposés.

Pour préserver le caractère du site, un comité de pilotage composé de représentants des trois communes, de la DDT, du Parc régional du Livradois-Forez, du Centre régional de la Propriété forestière, du Conservatoire des Espaces et Paysages d'Auvergne et du CPIE du Velay s'est réuni, en septembre 2009, afin de définir les principes d'aménagement (le service Environnement du Conseil général, le Comité départemental de la Randonnée, le Conservatoire botanique du Massif central s'étaient excusés ou avaient donné leur avis par écrit). La localisation des espèces à statut présentes sur le site, notamment la digitale à grandes fleurs, a été prise en compte. L'Architecte des Bâtiments de France et la paysagiste-conseil de la DDT ont donné leurs directives : c'est ainsi que les souches et les branches seront éliminées, alors qu'habituellement, pour ce genre d'ouvrage, on laisse au temps le soin de les éliminer. Les alignements de frênes au départ d'Allègre en direction du Sud seront préservés. L'interdiction de la circulation pour les véhicules à moteur autres que pour l'exploitation forestière ou agricole ou de services publics (pompiers, etc.), déjà en vigueur sur deux des trois communes, sera généralisée à l'ensemble du massif.

Ceux qui voudraient se rendre compte de l'aspect, une fois les travaux achevés et les éléments ayant repris leur place naturelle, pourront aller voir des réalisations datant d'une quarantaine d'années dans les bois de La Fare, sur Monlet, ou plus récentes, sur Allègre (Sannac, Sassac, Menteyres, Besses).

Les propriétaires des 136 parcelles concernés ont donné leur accord pour céder, si nécessaire une mince bande de terrain, à l'exception de cinq d'entre eux, ce qui n'a pas porté préjudice au projet, le chemin ayant, sur la plus grande partie du tracé, une largeur supérieure aux 3,50 mètres nécessaires. Récemment, avant le début des travaux, ont été réalisées les coupes d'emprise.

La dépense sera subventionnée par l'Europe, l'Etat et la Région à hauteur de 70%, les 30% restants se partageant entre les communes au prorata des longueurs de chacune. La maîtrise d'œuvre est assurée par le Groupement de la Propriété forestière (Nolhac) et les travaux seront exécutés par l'entreprise Daniel Pastre (Fix-Saint-Geneys), déclarée la moins-disante.

Les travaux commenceront fin juin-début juillet. Il convient de préciser que les coupes réalisées récemment, sur le flanc Ouest de Bar, en dessous du chemin, sont sans lien avec ce projet. Ces coupes à blanc, autorisées par la DDT avec l'accord de la commune, sont motivées par le mauvais état sanitaire de plantations trop serrées et qui n'ont pas été dépressées ; elles seront remises en culture, ce qui ne pourra qu'atténuer l'emprise de la forêt sur nos paysages. L'état actuel du chemin (voir notre photo) démontre les conséquences qu'aurait eu le fait de le laisser en l'état : la moindre coupe l'aurait gravement dégradé, alors que le projet actuel devrait permettre d'atteindre un bon compromis entre les besoins des professionnels de la forêt et l'intérêt de ceux qui en font un usage de loisirs.

JLF 23 05 2012

  • Autres pistes

DEUX NOUVELLES PISTES

Jusqu'à présent les pistes avaient surtout été créées dans le secteur compris entre Sannac, Sassac, Salettes, Malfant et Estublat.

Cette année, la commune a entrepris de réaliser deux pistes dans le massif de Menteyres : l'une après Besses, en limite de la commune de Vernassal, aux « Treneyres », l'autre entre Menteyres et les Crozes, à « Bourladie ». Ces pistes, qui ne sont pas très longues, se terminent en un cul de sac où est implanté une plateforme de stockage et de chargement, ce qui diminue les distances de débardage et, donc, les coûts d'exploitation, sans compter, pour les propriétaires, les facilités pour se rendre sur leurs parcelles pour les entretenir...

C'est le CRPF qui s'est chargé de récolter les accords des propriétaires, le GPF 43 qui a assuré la maîtrise d'œuvre et l'entreprise Pastre qui a réalisé les travaux.

Les engins de l'entreprise Pastre sur la piste de Bourladie

JLF 12 10 2009