Envoyer
Écrit par Jean Luc FRAISSE   

La photo de la semaine

Chaque dimanche, découvrez une photo ancienne de notre village

Et maintenant, chaque quinzaine, une photo de classe (ou de groupe) dans la rubrique Les copains d'avant

Vous pouvez cliquer sur la photo pour l'agrandir

 

Photo de la semaine : ouvrez vos tiroirs, sortez vos photos !

Vous pouvez le constater, notre appel lancé il y a un peu plus d'un an a en partie porté ses fruits grâce à la coopération de trois ou quatre personnes qui nous généreusement ouvert leurs fonds de photographies de grande qualité.
Mais, nous sommes persuadés qu'il y a encore beaucoup de trésors cachés dans vos tiroirs !
Alors n'hésitez pas et contactez-nous par le canal que nous vous recommandions déjà l'an dernier :

Alors, ouvrez vos tiroirs, sortez vos photos et faîtes-les nous passer par l'un des moyens suivants (si possible avec les circonstances de la photo, les noms des personnages, etc... sans oublier vos coordonnées) :

• si vous ne pouvez pas les scanner :

- déposez-les auprès de Joëlle, à l'accueil de la mairie, qui les scannera sur le champ et vous les restituera aussitôt ou quelques jours plus tard si elle n'est pas disponible lors de votre passage ;
- si vous ne pouvez pas vous déplacer ou si vous ne voulez pas vous dessaisir de vos clichés, joignez-moi (tél. : 06 81 57 13 82 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) et je viendrai les scanner chez vous avec un scanner portatif ;

• si vous avez une possibilité de les scanner, envoyez-les à l'accueil de la mairie ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) ou à moi-même.

 

 


 

C’est l’été ; il fait beau et les femmes de Menteyres se sont rassemblées pour faire couvige.
De gauche à droite, Thérèse Ampilhac (épse de Georges Fouilly), Françoise Eyraud (mère de Louis), Lily Pontes (épse de René Ampilhac), Joël Ampilhac (fils des précédents), Dany Médard, … Pontes, Marinette Chambard, Joséphine.

2017-26

 

 

 


 

Années 1950 : quelques jeunes d’Allègre et de Menteyres, en excursion à la Potence : en haut à droite, Maurice Récipon, semble-t-il, qui tient Marius Ampilhac par l’épaule (c’étaient des conscrits !).
La table d’orientation n’a pas bougé et le banc est toujours aussi haut, à tel point que les pieds des jeunes filles n’atteignent pas le sol !

2017-25

 



Ce sont toujours des photos prises à l’occasion de la Fête-Dieu.
On renvoie au commentaire de la semaine dernière.

2017-24a-fete-dieu-3  2017-24b-fete-dieu-4

2017-24c-fete-dieu-5

 


 

Cette semaine sera marquée, le 15 juin (jeudi suivant le dimanche de la Sainte-Trinité qui, elle-même, suit Pâques de 60 jours) par la célébration de la Fête-Dieu.
Bonne occasion pour rappeler ce qu’était cette fête et, photos à l’appui, la manière dont elle était célébrée dans la paroisse.
Cette fête commémore la présence du Christ dans le sacrement de l'eucharistie, c'est-à-dire sous les espèces du pain et du vin consacrés au cours de la messe).
Célébrée jusqu’au milieu du 20ème siècle, elle prenait la forme d’une procession au cours de laquelle le prêtre portait l’hostie sainte dans un ostensoir au milieu des rues et des places qui étaient richement pavoisées de draperies (ici accrochés aux façades des maisons) et qui était entrecoupée de stations et de prières à des reposoirs (autels provisoires ornés) disposés le long du parcours (nous n’avons pas de témoignage sur ce point, mais on peut supposer que la procession allait jusqu’à Notre-Dame de l’Oratoire).
Le Saint-Sacrement était abrité sous un dais porté par quatre notables de la paroisse et on marchait sur un tapis de pétales de roses que des enfants jetaient sur le chemin du Saint-SacrementMerci de votre collaboration, à bientôt sur cette page et, en attendant, découvrez la Photo de cette semaine !

  2017-23 fete-Dieu 2017-23b-fete-dieu-2

 

 


 

 

 

alt

 

Si nous commençons maintenant à être habitués au décor de la pharmacie, nous ignorons quel est ce personnage. Peut-être un ami du pharmacien, originaire d’Ambert, qui rendait visite régulièrement à Camille Jouishomme ?

 

Nous avons, avec cette photographie, une vision plus détaillée de l’officine, avec de multiples flacons : à l’époque, l’industrie n’avait pas envahi la profession et les pharmaciens composaient eux-mêmes les médicaments ! D’où la blouse.

 

 

alt

La façade de la pharmacie est restée telle qu’elle était au début du siècle, sauf qu’aujourd’hui on a un peu plus de mal à lire ces inscriptions qui tenaient lieu, à l’époque de publicité. Mais, cherchez bien, et vous retrouverez ces inscriptions. Il n’y a que l’inscription « Café » au-dessus de la petite porte située à gauche de la devanture.

Derrière, la maison du Dr Guelle, aujourd’hui propriété de la famille Moullade, ses héritiers. Au début des années 60, Bernard Hecht, réalisateur de l’école des Buttes-Chaumont, y tourna pour la télévision certaines scènes du feuilleton « La belle et son fantôme » (disponible à la médiathèque Germaine Tillion… mais armez-vous de patience : ce n’est pas un chef-d’œuvre des séries télévisées !).

 

 

Pour vos commentaires et votre aide merci d'utiliser la fiche des contacts plutôt que la rubrique "Exprimez-vous"

Veuillez cliquer sur l'image ci-dessous et choisir le contact Jean-Luc FRAISSE


mail1

Retrouvez les magnifiques photos aériennes que notre ami Alain Bernard a mises en ligne

Mise à jour le Jeudi, 22 Juin 2017 14:44